Le « Royal Dahomes », les guerriers africains de l’ancien royaume d’Haïti

0
430

Les liens historiques et culturels qui lient la république du Benin à Haïti vont bien au-delà des turpitudes de l’esclavage transatlantique. A l’origine de la première république noire des nobles de l’ex royaume du Danhomey furent à l’œuvre. Vendu en esclavage l’un de ces nobles, gahou Deguenon, ministre de la défense du royaume, d’Allada, n’est autre que le grand père du célèbre Toussaint Louverture. Jamais les affres de la captivité en terre étrangère n’ont empêché ces femmes et ces hommes de continuer à honorer les divinités vodoun qui trouveront dans l’exil de leur peuple élu, la force de s’installer au cœur des caraïbes.
Il y a donc entre l’actuel Benin ex royaume du danhomey et Haïti, des liens de filiation qui partout dans l’histoire de cette dernière, font le témoignage d’une fraternité qui aura traversé les âges. Pour avoir de tout temps été un royaume de redoutables guerriers, le danhomey par l’esclavage a permis à Haïti d’avoir au sein de sa population des combattants rompus au combat, déterminés et impitoyables à l’égard de l’ennemi.
Au lendemain de son indépendance, Haïti devient très tôt orpheline du génie des deux grands hommes qui ont tour à tour œuvré à sa liberté. Toussaint Louverture et Jean- jacques Dessalines. Les idéaux de fraternité et de solidarité entre anciens esclaves vont faire long feu. Deux visions de ce que doit être le destin d’Haïti s’opposent. Porteur d’une espérance de totale indépendance vis-à-vis de la France. Le roi Christophe un noir né à la grenade institua une monarchie avec l’ambition d’en faire un royaume de noirs libres et prospères.
Par contre, autour de port aux princes et dans le sud de l’île, de petits propriétaires terriens vont se constituer en une république dirigée par un mulâtre Alexandre petion. Un homme nettement moins hostile à l’égard de la France, qu’il avait par le passé servi contre les anglais. Afin de prémunir son royaume d’une nouvelle attaque de la France, le roi Christophe va être à l’initiative d’un plan général de Défense du royaume.

 

« LES PROJETS de nos implacables ennemis sont connus ; les moins clairvoyants n’en peuvent douter, l’esclavage ou notre entière destruction. Nous avons à combattre pour notre liberté, notre indépendance ; nous avons à défendre notre vie, celle de nos femmes et de nos enfants ; nous devons employer contre nos ennemis tous les moyens de destruction ; nous devons faire usage d’un système de défense en harmonie avec nos localités et déployer toute notre énergie pour vaincre nos tyrans. »

Il va articuler son plan de Défense d’Haïti autour d’une unité d’Elite entièrement composée de guerriers, venus du royaume de danhomey. Réputé redoutable et très aguerrie au combat, le royal dahomés va s’illustrer comme étant un atout maître dans l’ambition du roi Christophe de tenir sa terre éloignée des griffes et de la convoitise des esclavagistes français.


Le Royal Dahomés (ou Royal Dahomets) formait un corps de 4 000 hommes directement recrutés dans l’ancien Dahomey (l’actuel Bénin). Le roi Christophe les avait organisés en une sorte de gendarmerie redoutée, répartie dans les 56 arrondissements du royaume. Ils contrôlaient notamment dans les campagnes, l’application du code rural de Toussaint Louverture, avec les dures obligations de travail que le système du fermage avait rétablies. En cas d’attaque extérieure, Christophe comptait avant tout sur cette garde prétorienne pour favoriser les embuscades et frapper l’ennemi par des opérations concertées.

Il parait donc évident qu’en plus d’avoir fait don à Haïti d’un brillant dirigeant, stratège militaire de génie en la personne de Toussaint Louverture, l’ex royaume du danhomey a continué de fournir à cette derniere les braves, prêts à se sacrifier pour garantir sa survie et son indépendance. Devenus à présent deux états modernes, le Benin et Haïti se doivent de prendre acte de ce lien unique qui les relie et partant, se doivent d’envisager sous différents aspects le projet d’un destin commun. Puisse l’âme de ceux des nôtres qui sont morts en défendant les frères d’Haïti reposer en paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here