BENIN : IMPARFAITE RELATION AVEC LE VATICAN

0
1237

BÉNIN : imparfaite relation avec le Vatican.

Ce qui a commencé comme un insignifiant fait divers est désormais à deux doigts de virer à la brouille diplomatique entre la République du Bénin et le saint siège. La cause de cette mésentente, autrefois impensable, entre le Bénin et le petit état Vatican, est la montée en puissance d’une pseudo Église calquée sur la liturgie et l’iconographie religieuse de l’Église catholique apostolique et romaine. Désormais devenue toute puissante TCHRANVOUN KINNI Vicentia alias daagbo se réclamant d’une émanation divine, menace ouvertement de démonter le Vatican pièce par pièce.

Connue pour ses prêches enflammés au cours desquels se mélangent considérations spirituelles d’un gout douteux et propos politique ouvertement partisan Daagbo comme l’appelle ses fidèles ne craint plus de créer la polémique. Cible favorite de ses nombreuses invectives l’Église catholique romaine implantée au Bénin depuis plus de deux cents ans perd peu à peu patience.

Le Bénin, civilisation vodoun a l’origine a au fil du temps su intégrer les religions venues d’ailleurs. Très tôt le catholicisme a donc trouvé en ce pays une terre assez fertile pour y implanter sa foi et son credo. Dans un œcuménisme cher à la république toutes les croyances s’expriment qu’elles soient endogènes, étrangères ou syncrétiques. Depuis peu pourtant Daagbo et ses ouailles entreprennent de rompre cette union religieuse sur laquelle repose la paix au Bénin. Plus personne ne semble pouvoir faire entendre raison à l’Église de banamé qui ne manque plus aucune occasion de cracher son vinaigre au visage de tous ceux qui ne partagent pas sa vision de la foi religieuse. Ouvertement en guerre contre l’Église de Rome dont elle a allègrement pillé le contingent pastoral, Daagbo en plus de se prétendre Dieu sur terre cri a qui veut bien l’entendre que l’actuel chef de l’état du Bénin est non seulement son obligé, mais bien plus encore son enfant. Puisque aucune étude légale ne nous permet de contester la bonne santé mentale de cette dernière, nous prenons le parti de croire qu’elle tient ses affirmations en pleine connaissance de cause et que le silence des autorités du pays sur le sujet pourrait au moins être vu comme suspect.

C’est surtout cette connivence réelle ou supposée qui désormais inquiète la conférence épiscopale béninoise au nom de laquelle de nombreuses plaintes sont parvenues jusqu’au Saint-Siège à Rome. Reçu récemment par le pape François, le président talon a éludé la question, bien interpellé sur le sujet. Même si tout est fait par le gouvernement pour renouer le dialogue avec le clergé béninois traditionnellement très impliqué dans les affaires publiques, il faut malheureusement remarquer que jusqu’ici rien n’est fait pour contraindre parfaite à jouir plus raisonnablement de son droit à croire ce qu’elle veut. Loin de ces considérations diplomatiques, il est encore plus à craindre d’observer des dizaines de milliers de Béninois succombés au charme trompeur d’une gourou qui use de menace et de coercition pour opérer ce qu’il est légitime de considérer comme de l’embrigadement sectaire. Force doit rester à la loi dans un dossier où malheureusement des rituels obscurs ont déjà eu pour conséquences des pertes en vies humaines. À un moment ou a un autre il va bien falloir à l’administration talon faire face a ses responsabilités en s’inquiétant un minimum de l’influence négative qu’exerce le mouvement religieux de parfaite de banamé sur une partie de la population béninoise. À notre avis c’est désormais une question de sécurité nationale.

Bénin Afrique Monde Infos

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here