Levée d’immunité : un forcing institutionnel qui cache mal la marionnettisation du parlement

0
414

Cités dans des affaires souffrant d’un déficit de preuves aux termes de la conclusion du rapport de commission spéciale qui a analysé les apparents griefs d’accusation portés contre eux, les députés Idrissou Bako, Valentin Djénontin et Atao se sont vu déchoir de leur l’immunité. Le vote intervenu en fin d’après-midi hier au palais des gouverneurs malgré les réserves émises par la commission d’enquête conforte la thèse d’une main noire qui s’active malicieusement à atrophier les acteurs politiques opposés à la gouvernance du président Patrice Talon.

Si les députés mis en cause ne seront pas les premiers depuis l’expérience démocratique à connaître des ennuis judiciaires, le tour de de magie par lequel ils ont connu la déchéance étoffe la suspicion sur l’indépendance de l’institution parlementaire.

La commission spéciale établie pour étudier les dossiers portés devant elle a jugé n’a pas trouvé une once de responsabilité de Djenontin et de Bako. De nombreux observateurs de la vie politque béninoise s’interrogent sur la raison du vote du mardi.
Il ne faut pas chercher loin l’esprit malin et revanchard qui fait de ces affaires un défi d’humiliation tendant à expédier en prison des opposants devenus trop embêtants dans l’accomplissement des desseins machiavéliques du prince de la Rupture.

Les députés se réclamant de la majorité présidentielle en retirant l’immunité de leurs collègues en dépit des avis de la commission semblent plus faire acte de fidélité marquant leur allégeance précaire au président Talon qu’un vote consenti en toute liberté.
Au-delà de la rhétorique axée sur une prétendue lutte contre la corruption, le peuple a assisté à toute super puissance d’un gouvernement ayant à sa solde des parlementaires prêts à conduire à la conduire à la guillotine judiciaire leurs collègues qui ont refusé de faire la courbette à un pouvoir agonisant.

Pour ceux qui ont crié victoire hier, le vote de l’immunité n’est le début de tout un processus qui tient le peuple en haleine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here