Affaire Dakpè : le mutisme étrange du Parlement et du Procureur de la République

1
1083

Une série de scandales de détournement, de corruption et de népotisme éclaboussent une des de proue de la mouvance présidentielle. Dakpè Sossou est rattrapé par des affaires obscures. Les faits remontent aux années de gestion de Dakpè Sossou à la mairie de Lokossa. Les scandales dans lesquels serait trempé le soutien de Talon, massivement relayés et étayés par la presse locale et les internautes, laissent étrangement silencieux le bureau de l’Assemblée nationale et celui du Procureur. Curieusement, dans la République où certaines personnalités ont la justice à leur trousse dans certaines affaires qualifiées de vétilles, le protégé de Talon n’est point inquiété.

De troublantes révélations de la presse

Le nom de Dakpè Sossou a figuré à la Une de plusieurs journaux de Cotonou. L’élu de la 18e circonscription électorale, maire de Lokossa au moment des faits, se serait illustré par de flagrantes violations des procédures de passation de marché et des attributions fantaisistes de contrats à certains membres de son noyau. Ces affaires étoffées par un flou dans la gestion de la comptabilité écorchent gravement l’image de ce député qui récemment votait vivement pour la levée d’immunité de trois de ses collègues.

Les accusations portées contre l’ancien patron de l’hôtel de ville de Lokossa sont d’une extrême gravité. Dans la République vertueuse que Patrice Talon prétend instaurer, il n’en faut pas plus pour que le bureau du Parlement se saisisse de l’affaire. Si la passivité de la bande à Adrien Houngbédji peut s’expliquer par des raisons éminemment politiques, l’attitude du Procureur est inquiétante.

Pour la machine judiciaire réputée à se mettre en branle avec une certaine diligence pour des affaires impliquant des hommes politiques opposés à la gouvernance de Talon, on s’étonne qu’elle soit inerte devant ce cas. La posture du procureur de la République qui est censé s’autosaisir de certains gros dossiers implique au politique de deux poids deux mesures dans le traitement des affaires.

Cette inertie juridique se révèle comme une volonté peu ou prou manifeste de ne pas troubler le parcours d’un parlementaire zélé qui, au-delà de toute rationalité constitutionnelle, a déjà promis que Patrice Talon fera 12 ans à la tête du pays.

Ici, c’est le Bénin englué dans une fameuse Rupture où les dossiers s’entassent, mais n’ont pas le même traitement au niveau de la Justice.

1 COMMENTAIRE

  1. Nous allons commenter quoi? Tout est déjà verrouillé. Tu dis quelque chose ont te poursuit. Quel pays! Qu’ est-ce que mon bénin est devenu? On dirait que personne ne peut rien contre les agissement des députés qui sont pour ce gouvernement. Peuple Béninois si vous n’arrachez pas votre liberté en disant non a l’impunité accordée au membre du BMP, toute l’opposition sera en prison et il n’y aura plus d’opposition. Ainsi tout ce que le l’empereur veut aura libre cour. Si vous êtes insensibles aux malheurs de ces individus pris un à un, leur sort vous affectera. Car c’est grâce a eux que certaine décisions maléfique ont tardé avant d’être prises et appliquées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here