Supercherie judiciaire: Dakpè Sossou, l’image de la sélectivité de la lutte contre la corruption

0
897

Chantée et reprise en chœur par les laudateurs du Prince de la Marina, la ritournelle de la lutte contre la corruption et l’impunité, aussi idéale qu’elle puisse paraitre, apparait sous le règne de Patrice Talon de plus en plus comme l’instrumentalisation d’une machine judiciaire pour ne broyer que des hommes hostiles à la sulfureuse gouvernance. Pendant ce temps, des soutiens politiques du Chef de l’Etat incriminés dans des malversations continuent de diner à la table de Patrice Talon.

Casseroles au sein du BMP

Le bloc des députés soumis aux desiderata de Patrice Talon est infesté d’hommes politiques que de grosses affaires rattrapent. Mais, comme frappé par une cécité et une étrange léthargie, le procureur de la République ne réagit guère malgré l’amas de faits à charge de Dakpè.
Par souci de légitimité populaire et politique, le BMP que parraine et cajole Patrice Talon ne devrait contenir en son sein des parlementaires dont le passé est entaché de graves faits de concussion et autres délits qui rendent leur compagnie indésirable dans la fameuse République des valeurs où que le président essaie de répandre dans les consciences.

La dernière affaire de détournement révélée par la presse met en cause un éminent soutien du pouvoir, député de la 18e circonscription électorale qui adopte une insolence dans ses discours lorsqu’il l’ouvre pour défendre son patron.
Selon les révélations de plusieurs quotidiens parus à Cotonou depuis deux semaines, l’ancien titulaire de l’hôtel de ville de Lokossa, Dakpè Sossou aurait mis en place un vaste réseau pour siphonner les caisses de la mairie en initiant des opérations troubles qui portent entorse à toute logique admise dans le processus de passation des marchés et de conduite des affaires publiques.

Malgré la redondance des crimes étalés par la presse, aucune procédure judiciaire ne semble inquiéter l’élu. Comme pour bluffer le procureur de la République, Dakpè Sossou met à contribution son épouse en multipliant des rassemblements de masse pour assurer au Chef de l’Etat son soutien précaire qui s’estompera si les services du procureur se décidaient à prendre leurs responsabilités. En attendant, Dakpè continue de circuler dans la République avec ses tas de casseroles aussi puantes que fétides à l’opposé des valeurs orthodoxes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here