Sebastian Ajavon : au-delà du mythe, portrait d’un combattant.

0
297

Si les cauchemars du président talon devaient portés un nom se serait le sien. Ajavon Sebastien germain cristallise à lui seul toute la haine que le pouvoir actuel nourrit à l’égard de tous ceux qui pour de multiples raisons refusent encore de plier l’échine devant la volonté manifeste de faire du Bénin le bien d’un homme.

De lui les Béninois ont souvent la fausse image d’un personnage débonnaire, paternaliste à l’extrême, préoccuper en permanence par le besoin de rendre au plus pauvre une bonne partie de son énorme richesse. Mais au-delà des centaines de salles de classe construites un peu partout sur le territoire , des hôpitaux équipes par la fondation éponyme qu’il finance ou mieux des adductions d’eau qui en ce moment même permettent à des milliers de villageois de boire une eau potable , au-delà de tout ce qui fait de lui l’homme politique le plus crédible et l’un des Béninois les mieux apprécier par ses compatriotes ,Sébastien Ajavon cache derrière sa candeur et sa foi inébranlable en dieu ,l’âme d’un guerrier qui avant chaque combat prépare son esprit à une victoire qu’il sait certaine .

Les Béninois n’ont pas oublier l’image de Ajavon Sebastien Germin chaperonnant un talon obscur craintif et apeurer d’affronter au deuxième tour des élections la machine de guerre électorale du président yayi boni. C’est lui Ajavon qui ouvrira à talon les portes du Bénin profond. Même si de toute évidence il n’en a rien appris, c’est à son contact que talon découvrira que l’on peut être très riche et poli, multimilliardaire et avoir avec ses compatriotes les plus démunis des relations de respect et de fraternité. Arborant un t-shirt bleu vif des millions de Béninois vont écouter puis répondre à l’appel d’un leader en qui il croit aussi fortement que s’il avait été l’enfant de leur famille

. Ajavon va offrir à talon, sur un plateau d’argent ce pouvoir dont il se sert aujourd’hui pour opprimer son propre peuple.  Pour une fois Ajavon va faire un choix qui n’était pas le bon. Le remord d’avoir porté au pouvoir un homme indigne va le hanter au point de le faire se décider à entrer en politique. En fondant l’USL, c’est au peuple qu’il a voulu envoyer un message fort, je suis prêt au combat. A tous ceux qui lui réclament des actions fortes et plus visibles, le sphinx de Djeffa oppose son éternel sourire de charmeur, ne laissant rien paraitre de sa stratégie. Trop tôt surement pour dévoiler ses cartes, car en face il connait la rancune de l’homme qui lui en veut, le pourchasse et cherche à nuire à ses finances en espérant ainsi le dissuader d’une implication trop importante dans la politique locale.

Si ses millions de partisans ne doutent jamais les Béninois sensibles à son message de partage et de solidarité ne s’inquiètent parfois de le voir trop peu agressif vis-à-vis du pouvoir inique qui dirige le pays. Mais c’est une erreur, car dans le silence de son quotidien Ajavon pose peu à peu les jalons d’une stratégie qui consiste à étouffer le régime pour enfin les contraindre à l’erreur qui leur sera fatale. Il sait par avance que le bas peuple en plus de le suivre, vomi jusqu’ au boyau le régime du président talon. Il n’y a donc nul besoin de forcer à l’extrême un destin politique qu’il veut le moins radical possible pour la jeune démocratie béninoise.

En attendant, sa priorité reste de soulager ses compatriotes qui par millions sont tombés dans la misère. Écoles, eau, santé à coup de centaines de millions ii réparent la dignité que près de trois ans de rupture ont brisée chez des Béninois.  Désormais ils savent que plus jamais la force de cet homme ne leur fera défaut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here