Le cas HULOT, pourquoi KOUKPAKI doit en prendre de la graine.

0
161

Se mettre au service de son pays est avant toute question de conviction.  Au gouvernement du président TALON, Pascal Irénée KOUKPAKI prolonge indéfiniment un calvaire personnel qui confine au masochisme. L’homme qui se voulait Etter le chantre de la nouvelle conscience purge au sein du gouvernement une peine politique qui l’isole des réalités actuelles du peuple béninois. Homme d’État rate quoique haut fonctionnaire compètent pascal Irénée KOUKPAKI brille désormais par une présence inutile devenue anecdotique.

Lui qui se rêvait en stratège de la galaxie rupturienne se résout aujourd’hui à inaugurer les chrysanthèmes. Son statut au sein du gouvernement est des plus flous et l’on se demande si véritablement il lui reste une once de pouvoir au sein de la chaine de décision mise en place par le président Talon. Alors que d’autres affichent de façon ostentatoire leurs proximités d’avec le président KOUKPAKI quant à lui, rase les murs d’une présidence où il est devenu un passager clandestin que l’on évite dans les couloirs du palais de la marina. Devenu le souffre-douleur d’une gouvernance atypique Pascal Irénée KOUKPAKI s’entête pourtant à hanter de sa présence des réunions gouvernementales auxquelles il n’est même plus convié.

En démissionnant de son poste de ministre de l’Environnement, l’ex-ministre français Nicolas Hulot donne à notre compatriote Pascal KOUKPAKI une bonne leçon de dignité et d’amour propre. Quand vos convictions morales ou politiques sont remises en question par le gouvernement au sein duquel vous œuvrez il ne faut jamais hésiter à rendre le tablier afin de pouvoir en son temps prendre le peuple à témoin de votre loyauté envers lui.

Il est des déceptions qui vont au-delà de la couleur politique, Pascal Irénée est l’une de ces déceptions. Alors que les Béninois lui prédisaient un destin politique fécond, il s’est compromis dans une suite tortueuse de postures politiques douteuses et incohérentes au regard de la nouvelle conscience qu’il prônait. Puissions-nous un jour le retrouver dans un dernier baroud d’honneur. Si est tant est qu’il demeure soucieux de place que les faits lui réservent dans l’histoire de notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here