Atmosphère viciée à la mouvance : Rébellion au sein du BMP

0
1706

A New-York où il se trouve actuellement pour assister à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Chef de l’Etat n’aura pas l’esprit tranquille. Patrice Talon fait face à une fronde de plus en plus grandissante dans le camp des députés affidés à sa cause.

Le Bloc de la majorité présidentielle risque de voler en éclat à la veille des élections prévues pour mars 2019. Plusieurs situations drainent le trouble, déciment la confiance et la complicité relatives qui semblaient jusque-là régner entre le locataire du palais et l’escouade de parlementaires

La constitution des blocs : la grande défiance

Les modalités imposées par Patrice Talon pour la constitution des blocs qui auront sa bénédiction pour les législatives frustrent plus d’un. Alors qu’étaient annoncées quatre listes, le Chef de l’Etat a désillusionné ses soutiens en les contraignant à deux.
Selon les sources bien introduites, Patrice Talon se serait vivement opposé à cautionner quatre listes de la mouvance dans un contexte où les leaders de l’opposition font des compromis pour actant un front uni.

La nouvelle stratégie que le Chef de l’Etat fixe désormais à ses poulains contrarie les plans de plusieurs acteurs qui présagent d’ores et déjà d’une imposition des candidats que le Patrice Talon choisirait lui-même. Dans cette atmosphère de défiance qui infecte le bloc de la majorité présidentielle, certains ne cachent pas leur désolation et envisagent des revirements qui pourraient surprendre à l’avenir.

Un élu parlementaire à la langue amère et empreinte de regret n’a pas hésité à lâcher dans l’intimité avec ses lieutenants que « Patrice Talon nous a conduits dans un traquenard pour nous bouffer. Mais, rien n’est fini ».
Les premiers acteurs à avoir nourri les caprices rebelles sont notamment les députés du Parti du Renouveau Démocratique. Le groupe conduit par Adrien Houngbédji, président de l’Assemblée nationale, a notifié à Patrice Talon son refus de voir le parti s’évanouir dans un grand ensemble dans la perspective des élections législatives. Cette volonté du PRD de « conserver l’identité du parti » a fâché Patrice Talon qui s’est finalement résigné. Le Chef de l’Etat a buté contre Houngdédji qui a juré ne pas « faire ce cadeau » à son ami de circonstance.

Une révolte des soutiens de la première de la première heure

Pendant longtemps, Patrice Talon a caressé les envies législatives des mouvements de jeunes qui l’avaient soutenu durant la campagne présidentielle. Il leur avait promis financer une liste particulière faite de jeunes qui se sont sacrifiés pour lui au moment où les ténors de la politique ne le donnaient pas gagnant en 2016. Mais les donnes ont changé. Patrice Talon est revenu sur sa parole et a demandé à ses « petits » de se laisser absorber dans un grand ensemble. L’allégeance faite au PRD par la troupe de Dynamique Unitaire, Bénin en Route et autres mouvements nés de la promesse présidentielle, apparait pour beaucoup comme une négation de Patrice Talon de sa propre parole.

Ces dernières semaines, le Chef de l’Etat a multiplié les échanges avec l’ensemble des acteurs de la mouvance pour désamorcer une crise qui parait de plus en plus inévitable. Mais hélas, les réserves envers le Patrice Talon sont apparentes. L’opposition pourra surfer sur cette atmosphère viciée pour tirer le meilleur des joutes législatives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here