CRIET : un tribunal loufoque pour des desseins inavouables.

0
162

La Gestapo, voilà ce à quoi me fait penser ce simulacre d’institution judiciaire le CRICET. Instaurer au Benin une justice d’exception, aux ordres et prête à accomplir les plus basses besognes souhaitées par le régime. Cette ambition nourrie par le président Talon s’est heurtée à l’intransigeance patriotique du corps judiciaire qui n’entendait pas faire de ce contrepouvoir une caisse de résonnance des volontés personnelles du président. C’est donc pour contourner cette difficulté afin de mener à bien ses desseins d’autocrates que le président Talon a eu l’idée de créer ce qui pour le moins peut être considéré comme un objet judiciaire non identifié.

Gilbert Togbonon fera-t-il injure à sa propre probité en acceptant d’être le porte-flingue d’une justice de l’ombre ? Gageons que non. Puisque l’intrépide magistrat a par le passé fait preuve d’une clairvoyance d’esprit saluée par de nombreux justiciables. Mais réussira-t-il à rester imperméable aux pressions probables du pouvoir en place ? Le doute est permis. D’autant plus que les dossiers dont la charge lui incombe sont assez sensibles du point de vue de la légalité.

Déjà que cette nébuleuse judiciaire montre de nombreux signes d’irrégularité constitutionnelle Gilbert Togbonon apparait à son corps défendant comme l’éminence grise d’un dispositif qui en marge de toute légalité cherche à nuire à ton ceux dont le travail contribue à faire dérailler la trajectoire politique du président talon.

Alors que de partout bruisse une fronde populaire qui semble désormais inévitable, le CRIET fait planer sur le pays une sombre silhouette de règlement de compte politique. Les Béninois accepteront-ils cette énième tentative de tordre le cou a notre état de droit ? WAIT AND SEE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here