Mise au pas ratée des réseaux sociaux : maintenant il faut que des têtes tombent.

0
361

Communication de crise a la présidence de la république, les maîtres du domaine tentent tout en ce moment pour faire paraître le président talon comme la seule vraie victime d’une action politico économique hasardeuse, dont les conséquences pour lui se compteront probablement en nombre de voix perdues au sein des couches les plus actives de la société, les jeunes en tête.

L’air suffisant et le sourire moqueur de WADAGNI n’ont pas fini de donner envie de vomir à une majorité de jeune béninois. Si la déconfiture enregistrée par le gouvernement lors de cette affaire de taxation des réseaux sociaux devait avoir un visage ce serait celui de Romuald WADAGNI. Ministre a la sulfureuse réputation celui qui selon la rumeur se revêt en tout lieu d’une insolence incompatible avec sa fonction de ministre est probablement l’homme grâce a qui la patrie béninoise à retrouver la cohésion patriotique nécessaire pour défendre les acquis sociaux chers à notre pays. Merci WADAGNI donc. Oui, mais les choses ne devraient pas en rester là, car se serait nous prendre pour des bougnoules que de nous penser capables d’accepter une responsabilité minime du chef de l’état et de son gouvernement dans cette affaire. En ce permettant l’outrage d’une sortie médiatique outrancière a l’égard du peuple souverain le ministre Romuald WADAGNI devrait à lui seul porter la responsabilité de tout le désordre causer à la nation et a l’économie nationale.

Si en plus l’inefficacité de sa politique de redressement a abouti à des résultats économiques calamiteux avec une paupérisation accrue et un endettement national qui bat des records, alors le président talon devrait tire les conclusions qui s’imposent et se séparer d’un ministre inutilement turbulent et incompétent qui plus est.

Le temps passe et le président se sait très impopulaire. Il lui faut donc réagir très vite afin d’enrayer cette nette dégradation de son image publique. L’une des choses que notre rédaction lui conseille de faire, c’est d’extirper manu militari de son gouvernement Romuald WADAGNI. Un ministre dont la turbulence stérile aura vérifié à souhait l’adage selon lequel il n’y a que les tonneaux vides qui font du bruit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here