Sébastien Ajavon« On ne peut pas se présenter devant une cour d’exception aux ordres »

0
5063

Resté silencieux depuis que la contestée Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) l’oblige à comparaitre contre logique juridique, Sébastien Ajavon a donné de la voix pour dénoncer une « machination politique » vilement mise en œuvre par une « Justice embastillée ». Au détour d’une interview accordée à RFI, le président d’honneur de l’USL s’est prononcé sur l’affaire de cocaïne pure et les raisons pour lesquelles il ne sera présenté devant la CRIET.

« Il s’agit d’un coup monté »

L’homme d’affaires Sébastien Ajavon a, dans une voix très forte et sereine, réaffirmé sa perception de cette affaire. Il dira que cet ennui né de l’imagination du pouvoir est un coup monté. Il appuiera son argumentaire sur le remplacement des scellés du conteneur dans lequel la cocaïne avait été découverte à l’insu des représentants de la société. Il a également dénoncé le flou entretenu sciemment par la gendarmerie maritime à propos de l’affaire.
Par ailleurs, Sébastien Ajavon a rappelé qu’il avait été relaxé en novembre 2016 par la Justice et s’insurge contre la résurrection subite de cette affaire par une cour d’exception aux ordres du pouvoir. Pour l’opposant, il n’est pas question de se soumettre aux caprices de certains magistrats soumis aux volontés machiavéliques de Patrice Talon, car sa vie est en danger.
Le procureur de la CRIET quant à lui dénie aux conseils d’avocats de Ajavon le droit de représenter leur client. Dans ce bras de fer, l’homme d’affaires promet saisir la communauté internationale afin faire constater l’instrumentalisation de la justice et les manœuvres politiques dont il est victime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here