TALON DANS LES TRACES DE SES ANCÊTRES ESCLAVAGISTES

0
30

À cette étape de notre analyse de la situation politico-sociale de notre pays, c’est le célèbre psychanalyste Sigismond Shlomo Freud que nous sommes bien obligés de convoquer afin de faire la lumière sur les pulsions qui bien souvent poussent le président de la République à tenir en public des discours abscons au statut épistémologique douteux.

C’est la première participation du Bénin au G20 qui aura été au sujet du président, le révélateur d’une personnalité psychologiquement ambiguë dont les contours obscurs cachent un sadisme qui désormais contrit plus d’un Béninois.  Devant un auditoire médusé le président béninois va dans un moment de rare transcendance  malsaine ,faire l’apologie de mesures prises par lui-même et son gouvernement pour faire des vaillants travailleurs de son pays, une main-d’œuvre bon marché, taillable et corvéable à merci oblige qu’ils seront visiblement de se soumettre à une législation dont l’esprit se confond au code noir édicté en son temps par l’empereur Napoléon connu pour son soutient indéfectible aux planteurs esclavagistes de son temps .

Au rang de ses horreurs dites sur un ton où se mêlait un sarcasme méprisant et une évidente absence d’empathie a l’égard de travailleurs béninois les concitoyens interloquent ont retenus un florilège de phrases nécessairement graves parce que sorti de la bouche d’un chef d’État qui ont l’espère pour lui a au moins une fois dans sa vie lue KARL MAX, ROBERT KURTZ ou ANSELME JAPPE.

« Une loi nouvelle sur les conditions d’embauche dérégule désormais au Bénin, le recrutement et simplifie la rupture du contrat de travail. »  Pire, « le montant des indemnités à payer en cas de licenciement au Bénin est désormais plafonné à neuf mois de salaires, quel que soit le motif de licenciement. » Et comme en toute chose il faut garder le meilleur pour la fin « nous venons également de mettre en vigueur une réforme du droit de grève, qui limite la durée totale de grève à deux (2) jours maximums par mois et a dix (10) maximum par années. »

Pourquoi ? Pourquoi le président talon s’est-il senti obligé de donner ainsi de son pays l’image d’une nation d’outre âge ou pour plaire a un capitalisme sauvage il a été à ce point le nécessaire de se réconcilier avec un tumultueux passé fait d’esclavage, de dos courbés sous le fouet de maitres impitoyable et de besognes harassantes dont la récompense ne se compte point en juste rémunération, mais en coups de pied au cul donnes pour faire déguerpir dès qu’on a plus besoin de vous. Pourquoi ? me suis-je interroge. C’est la alors que du haut de son sapin intervient Sigismond Shlomo Freud pour grâce à son érudition nous éclairer sur les raisons profondes qui font qu’un homme agit tel qu’il agit.

Dans son livre introduction à la psychanalyse XX (1917) il nous apprend que « toutes tendances perverses plongent par leurs racines dans l’enfance. » Et par enfance il faut aussi comprendre le lignage et l’encrage familial voir généalogique. Du coup tout s’éclaire d’un jour nouveau. Des noms anciens à jamais refoulés dans un coin obscur de notre mémoire collective refont surface. PIERRE TALON, un mulâtre français. En 1802, il profite de la re légalisassions de l’esclavage par Bonaparte pour relancer la traite des esclaves et stocker des êtres humains captures dans une partie du fort français de Ouidah. Les Talon s’illustrent aussi à nouveau pendant la période coloniale. Dans la liste de ceux qui en ont le plus profites on retrouve un certain Felix Talon, métis franco-dahoméen. Voilà ainsi dévoilées les raisons profondes du gout prononce qu’a notre président pour les nations en servitude. Il faut lire son discours à la lumière de son histoire personnelle, faite d’une parentèle esclavagiste, d’esclaves et de peuples contraints à une servitude perpétuelle. C’est triste à dire, mais c’est ainsi au Bénin un talon en cache plusieurs autres. Pour le meilleur ou pour le pire, mais bien plus pour le pire, TELS ANCÊTRES, TEL FILS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here